Le golf en folie

Par le 30 mars, 2018

Tous les vendredis, une œuvre causant de sport décryptée par nos soins. Aujourd’hui : Le golf en folie (Caddyshack en VO, EU, 1980).

Sur le green

Autour du parcours

Bill Murray, Sarah Holcomb, Cindy Morgan

Les organisateurs du match

Harold Ramis, Douglas Kenney, Johnny Mandel

C’est quoi, l’histoire ?

Il n’y en a pas vraiment. C’est une comédie, et l’action se passe au sein d’un country club huppé où se côtoient gens de la haute bourgeoisie et employés sans le sou. L’occasion de collectionner les dialogues poilants et les personnages désopilants.

En parallèle, Bill Murray incarne un gardien délirant dont le boulot principal est de tuer une marmotte qui dégrade le parcours. Harold Ramis + Bill Murray + marmotte = ? Ça vous rappelle quelque chose ?

La marmotte ressemble davantage à une peluche animée, mais c’est assez raccord avec le scénario.

C’est qui, les acteurs ? Les actrices ?

Bill Murray, donc, aujourd’hui le plus connu du casting. A l’époque, bien que ses films se comptent sur les doigts d’une main, il brille au Saturday Night Live, l’émission humoristique de NBC qui le révèle à la fin des années 70. Depuis, avec SOS Fantômes, Un jour sans fin, Lost in translation et quasiment tous les films du réalisateur Wes Anderson, il est une figure géante, quoique marginale, du cinéma américain.

Notons que l’une de ses répliques a été classée parmi les 100 meilleures d’Hollywood par l’American Film Institute – un classement évidemment subjectif et qui s’arrête en 2005. En VF, ça donne : « L’histoire de Cendrillon. Sortant de nulle part. Un ancien gardien du green, maintenant sur le point de devenir champion. Ça a l’air d’un miracle… c’est dans le trou ! C’est dans le trou ! C’est dans le trou ! » Cette anecdote prouve tout de même l’importance du film (surtout pour une comédie, l’une des seules de la liste) dans le patrimoine américain.

Une séquence d’autant plus mémorable qu’elle fut largement improvisée par Bill Murray.

Il y a aussi son compère Chevy Chase, lui aussi membre du Saturday Night Live pendant un an, qui n’a jamais eu la carrière escomptée au regard de sa prestation dans le film qui nous intéresse. Il est connu des plus jeunes pour son récent rôle de Pierce Hawthorne dans la série Community.

Quant à Rodney Dangerfield, il est davantage réputé pour sa carrière d’humoriste et de comédien de stand-up. Sa voix et son phrasé plaident pour lui.

C’est qui, derrière la caméra ?

Harold Ramis, l’un des très grands de la comédie américaine des années 80 et 90, acteur et scénariste de SOS Fantômes en 1984 et réalisateur d’Un jour sans fin en 1993. Ça vous parle, ça ?

Ramis, ainsi que les deux frères Murray (Bill et Doyle), ont été caddies dans leur jeunesse. Le scénario est directement inspiré des choses vues et entendues au cours de leurs expériences passées.

Dans les coulisses, citons aussi Johnny Mandel, qui compose la musique. Toujours debout en 2018, à 92 ans, il a écrit bon nombre de classiques pop et jazz, dont celui-ci, écrit pour le film Le chevalier des sables, en 1965.

Et ça frappe ?

Oui, un peu. Mais comme dans Le gentleman d’Epsom, le golf est surtout un prétexte pour balancer des vannes et multiplier les situations cocasses.

En fait, l’un des seuls qui ne frappent pas une balle pendant le film, c’est Bill Murray. Dommage. Car outre son passé de simili-golfeur (cf. paragraphes précédents), il a aussi écrit un bouquin dessus : Cinderella story : my life in golf, dont le titre est référence à la réplique susnommée.

Une scène à retenir ?

Non, les bons plats se distinguent par le délicat mélange de leurs saveurs.

En bref, c’est quoi ton avis ?

Franche rigolade. Les gags et les interactions entre personnages fonctionnent très bien. Dommage que le seul personnage féminin un peu solide soit réduit à une fille de qui aime les coups d’un soir.

Et avec qui tu me recommandes de le regarder ?

Tiger Woods : 5/5

Andy Murray : 0/5

Michelle Bachelet : 2/5

Pierre Bachelet : 3/5

Roselyne Bachelot : 3/5

Youn Sun Nah : 1/5

Socrate : 4/5

DVD et VHS édités par Warner Brothers

4 Comments

Leave Comment

About Author

author

Abonnez-nous à notre hebdoletter